La fin de la charge mentale écologique !

La fin de la charge mentale écologique !

Le sweat "Ma planète" Vous lisez La fin de la charge mentale écologique ! 3 minutes

La rentrée approche et, avec elle, son lot d'injonctions parentales. Les prises de consciences environnementales, accrues par la sécheresse exceptionnelle de cet été, ajoutent au stress des parents ce que l'on appelle la charge mentale écologique, c'est-à-dire la charge cognitive liée à la préservation de l'environnement et sa traduction en action au sein des foyers. Manger bio, consommer local, acheter des jouets en bois, trier les déchets, acheter en vrac ... semblent être autant de petits gestes qui alourdissent le quotidien de ceux (celles?) qui tentent de faire de leur mieux.   

Et si, là où vous imaginez une contrainte nouvelle se cache en fait un outils de simplification de votre quotidien ? Et si, l'écologie, le respect de la planète et de son environnement était la clef d'un rapport apaisé tant au monde qu'à la parentalité ?

Quelques lignes de réflexion pour voir derrière la montagne de petits gestes à modifier, le fondement d'une éducation écologique et ses impacts sur la parentalité.

Repensons d'abord à ce qu'est l'écologie et ce qu'elle suppose de notre rapport à l'Autre, au-delà de ces injonctions pour adopter un mode de vie green. L'écologie est un équilibre à trouver entre l'humain et l'environnement que nous habitons, dont la conscience détermine également notre conscience de nous-mêmes. Contrairement à la croyance qui a prévalu des siècles d'une nature illimitée et inépuisable, nous avons désormais acquis la certitude de l'épuisement des ressources de la planète de sorte que l'écologie moderne s'accompagne d'une politique du peu. Il ne nous revient pas tant de faire mieux que de faire moins et plus simplement, avec ce qui est à côté, avec ce que nous avons déjà.

Ce sont ces deux notions de sobriété et de simplicité qui impactent la parentalité vue à travers le prisme d'un engagement environnemental. Consommer local, de saison, c'est en réalité choisir les produits de proximité. Ne pas courir 15 supermarchés pour trouver LE jus de goyave. Découvrir la nature, c'est privilégier la balade en forêt aux heures de queue pour un parc d'attractions. Corollaire de cette éthique de vie écologique, un désintérêt pour la possession au profil de l'expérimentation. Le jouet, sa marque, son logo n'a pas tant d'importance que son utilité et le moment que vous vivez ensemble. Simplifier c'est aussi se détacher de ce qui est matériel et illusoire pour se concentrer en famille sur le respect du moment vécu. Ce rapprochement avec la nature suffit à impulser un rythme propre aux éléments et à votre contemplation. 

Ainsi au-delà des habitudes quotidiennes à faire évoluer, je vous propose de réfléchir au logiciel de pensée que l'écologie permet d'adopter pour retrouver de la reconnaissance dans l'accomplissement des gestes protecteurs et percevoir votre quotidien allégé de fausses préoccupations

Marine 

Continuer à lire